Tooth & Claw

(Mode Graphics – 2007)

Tooth & Claw est une règle pour figurines pour un ou plusieurs joueurs. Il vous met dans la peau de chasseurs, soit préhistoriques, soit de l’époque coloniale. Le système contrôlera les bestioles que vous allez affronter. Pour vous nourrir ou pour alimenter votre gloire.

Matériel > Difficile de juger la matériel vu que le jeu ne se compose que d’un livret, très joli au demeurant. Le livret, de 36 pages au format A4, est une vraie réussite pour les yeux, tant pour la police que pour l’iconographie, mêlant dioramas et gravures d’époque. Je baisse la note d’un point parce que les figurines peintes ne sont pas livrées avec (heureusement pour le prix de vente) et que des aides de jeux ou des marqueurs auraient pu être inclus. 3

Clarté / Facilité > Les règles sont simples et bien écrites. Le fait qu’il n’y ait pas d’aide de jeu récapitulant les caractéristiques des différentes bestioles est vraiment dommage, d’autant que le texte n’est pas synthétique mais utilise le mode narratif. 3

Intérêt ludique > Dans Tooth & Claw, vous devrez prendre en compte votre vitesse de déplacement, la portée de votre arme et les réactions possibles de votre cible. Si les règles ne proposent pas beaucoup de « traits » à attribuer au chasseur, la variété des armes mises à la disposition des chasseurs est un bon point. Le point rébarbatif est d’avoir à déterminer l’apparition d’une bestiole à chaque tour. 3

Rejouabilité > Le jeu comporte cinq scénarios, chacun mettant en scène des animaux différents. Le fait que puissiez incarner des chasseurs contemporains ou des hommes préhistoriques, et la possibilité de jouer seul ou à plusieurs repoussent les limites du jeu. 4

Bonus > Esthétiquement, le jeu est attrayant. Les mécanismes sont simples et donnent au joueur l’envie d’acheter des figurines. Le fait que je me sois amusé à créer des terrains et des pions en carton pour pallier mon manque de figurines est révélateur. 3

Note finale > 16

16/20, c’est une note récompensant un système de règles de tout premier ordre. Le seul obstacle est la (quasi) obligation d’acheter et de peindre des figurines. Je suis passé outre cet nécessité en me confectionnant mes propres figurines en carton et suis même allé plus loin en me fabriquant des pions et des terrains avec une grille hexagonale surimposée (voir l’article correspondant). Ainsi, je peux jouer à la manière « figuriniste » ou à la manière « pousseur de pions » selon mes envies.